Motos et cyclos :      
A.G.F. André Leducq    
Bernardet Buydens Cazenave Follis
Guiller Frères Guiller S.A. Hirondelle Libéria
Lucer L. Macquet Mandille et Roux M.I.C.M.O. / Gitane
New-Map ONOTO René Guiller Simard
Scootavia TAMOTO   Paul Vallée

 

Voiturettes :      
Mochet Poirier Rolux SOLYTO / New-Map
Galy      

Autres :

 

 

 

Moto-pompes

 

 

 

  

A.G.F

1947-1958

 

 

 

A.G.F. est l’acronyme de André (le fils, le maître d’oeuvre) et Georges (le père) FAIZANT. Cette marque française installée à Colombes a produit le premier scooter français. Elle a ensuite commercialisé des motocyclettes entre 1947 et 1956. Ces engins étaient équipés de moteurs YDRAL, 125 et 175 cm3.

Les motos AGF possédaient des particularités techniques bien à elles, souvent très en avance sur leur temps. C’est ainsi qu’elles avaient des roues de 17 pouces qui leur conféraient un excellent freinage et une bonne tenue de route. On trouve aussi un cadre-coque autoporteur entièrement moulé en alliage d’aluminium (très rigide) et une suspension arrière cantilever dont le ressort était constitué d’un bloc de caoutchouc, comme bien plus tard les Morris Mini. On trouve aussi un carter de chaîne complètement fermé et une selle biplace, et même sur les Guiller SA-AGF une peinture métallisée peu commune à l’époque. Les AGF étaient, elles, fournies en rouge vif.

Des modèles AGF furent construits par construit sous licence par GUILLER de Fontenay-le-comte et LUCER de Hazebrouk.

AGF s’impliqua beaucoup en compétition et eut quelques succès. Le premier exploit de l'équipe AGF/Agache au Bol d'Or date de 1954 avec un proto très innovant : Dagan-Godin, 4ème au scratch et Agache-Tiers, 5ème. L'exploit sera renouvelé en 55 avec une AGF plus proche de la série.

Ceci n’empêcha pas la marque de disparaître comme tant d’autres en 1958. Photos dans l'Album.

Voir à la page Annonces la refabrication de garde-boue avant pour AGF.

 

André Leducq

 

 

Les André Leducq étaient fabriquées à Saint Etienne, à l'usine Mercier, où on fabriquait aussi des Lapébie, Antonin Magne et Louison Bobet, tous coureurs cyclistes de renom.

Les Leducq n'étaient pas des Manufrance mais des Mercier. Il y eut deux modèles : celui d'Eric Caudron avec Ydral bitube et un second modèle avec AJ55 muni de deux grands carénages latéraux.

André Leducq était aussi un coureur cycliste. Surnommé «le Joyeux Dédé», ou «Dédé Gueule d'Amour et Muscles d'Acier», il fut et de loin, le coureur français le plus populaire de l'entre-deux-guerres. Sa notoriété perdura bien après la guerre. Il a participé à 9 Tours de France, en a gagné deux : 1930 et 1932 et a remporté 25 étapes. Après avoir couru dans l'équipe Alcyon, dans les années 50, il est engagé par la marque  Mercier et représente les cycles et motos qui portent son nom. Ensuite il représentera une marque d'appéritif. Il était né le 27 février 1904. Après avoir tâté du journalisme, André Leducq mourut à Marseille le 18 juin 1980, des suites d'un accident de plongée sous-marine. Il avait 76 ans.  Sa notoriété perdura bien après la guerre. (sources : Pierre Astier et Wikipedia)

 

Haut de page

Buydens

1950-1955

 

Les motos Buydens ont été fabriquées en petite quantité en Belgique de 1950 à 1955. Moteurs YDRAL et Sachs. Photos dans l'Album.

  

 

 

 

Cazenave 1950-1958
  
  

Cazenave ("la marque française de qualité internationale ", sic) a fabriqué des cyclomoteurs et des motos entre 1955 et 1957. Elle était installée à Belin (Gironde). Cette publicité présente une Cazenave à moteur Ultima. Mais Cazenave a aussi monté des moteur YDRAL.

On peut trouver un dossier sur Cazenave sur le site http://ultimalyon.jpcor.fr.

  

 

Follis 1951-1960
  FOLLIS : créée au début du siècle rue Danton à Lyon, la firme a cessé son activité (fabrication de vélo de grand tourisme de haut de gamme) en novembre 2007.

Une histoire de la société Follis se trouve sur le site Rétro-actifs.

  
  

Haut de page

Gitane

 

 

 

 

 

En 1957, 369 Gitane 125 ont été fabriquées. A titre de comparaison, les chiffres, pour Motobécane sont de 19 084, 18 673 pour Peugeot, 3 033 pour Follis, le leader des constructeurs à moteur Ydral, et... 4 pour Lucer (qui montait également des Ydral) ! On ne peut donc pas dire que les 125 Gitane ont abondé...

La Gitane était vendue sous deux références : la YL et la YL Sport. La YL Sport avait une selle bi-place et un guidon plat (photo ci-dessous) et la SL un guidon un peu plus relevé. On peut en voir une dans l'album. Les YL étaient équipées d'une suspension coulissante qui sera remplacée en fin de production par une oscillante. La production des 125 et 175 à moteur Ydral cessera en 1969.

Le nom de la société qui fabriquait les Gitane était MICMO. Voir sous ce nom.

Informations de Pierre Astier

   

 

 

 

 

New-Map 1920-1958
 
  
  

Haut de page

Hirondelle 1921-1954
  Hirondelle était la marque de la Manufacture d'armes et de cycles de Saint-Etienne (Manufrance) pour ses deux-roues  à moteur et ses bicyclettes, vendus par correspondance. Manufrance disparut vers 1975, mais les Hirondelle étaient loin depuis longtemps.

 

  
  

 

Libéria 1951-1956
 

La marque Libéria mérite à elle seule un dossier complet

Pierre Astier et Didier Mahistre nous présentent l'histoire de cette marque, sa naissance, ses succès sportifs, et sa fin. Cliquez ici...

  
TAMOTO  

1949...1951

 

Le Tamoto fut exposé au salon 1949 par M. Artagnan. Il fut fabriqué à la demande, et donc très peu vendu ; il y a actuellement deux exemplaires connus. Le premier prototype Tamoto avait des roues à rayons, et en 1950 il reçut des jantes en alliage.

Ces documents et ces informations nous ont été envoyés par Philippe Caute, collectionneurs de scooters anciens.

 

   

 

 

 Livraisons de moteurs YDRAL à Tamoto, entre 1949 et 1951 (source Pierre Astier)

 

Adresse de livraison

Date

N° moteur

Nombre


Ets TALON : 51, av. J Jaures
GAGNY (S et O)

5/5/1949

1140
1273
1
1
125 cm3
130 cm3

Ets TALON

6/9/1949


11

125 cm3
cylindre retourné



TOTAL 1959

13


Ets TALON
MONTBELIARD
4/1/50
28/1/50
1460

1
6

Arbre de kick tournevis


28/2/50


2



7/3/50


12



11/4/50


5



2/5/50


6



3/6/50


6



3/7/50
24/7/50


5
5



4/8/50


5



14/9/50
16/9/50
23/9/50


2
3
5



7/10/50
23/10/50


5
5



8/11/50
25/11/50


5
6



11/12/50
22/12/50


5
5




TOTAL 1950

94


TAMOTO

9/1/51
27/1/51


5
5

Carburateur AMAC


12/2/51
23/2/51


5
5



9/3/51
27/3/51


5
5




TOTAL 1951

30


Total des moteurs livrés par Ydral à Tamoto : 13 + 94 + 30 = 137.

Pierre Astier : j’ai noté des anomalies dans les registres Ydral : dans un récapitulatif, on note 10 moteurs vendus en janvier 1950, or je n’en compte que 7. En novembre, on annonce 10 moteurs et j’en trouve 11.
Les deux premiers moteurs sont livrés au 51, avenue Jean Jaures à Gagny. A Gagny se trouvait l’agent général, R. Artagnan, 33, rue Henri Barbusse.
L’adresse des Ets Talon, qui n’apparaît pas dans les registres Ydral était bien : 6, rue du Bois Bourgeois à Monbéliard.
A l’exception d’un seul moteur 130 cm3, tous les moteurs livrés étaient des 125 cm3 L45.
 

Haut de page

Paul Vallée 1949-1954
  Paul Vallée a produit des triporteurs de livraison, des motos légères et des scooters à moteurs deux-temps YDRAL 125 et 175 cm3.
  

 

Haut de page

  Lucer 1953 -1956
 
En 1956, LUCER se dissout dans un regroupement qui rassemble , outre la marque de Hazebrouck, les firmes Gentil, VAP, et Rhonson pour fabriquer des cyclomoteurs. 

  
 

Haut de page

 Mandille et Roux

 

 

 

Constructeur français de motos depuis les années 30, installé à Paris, Mandille et Roux a gagné le Bol d'Or en 1934 et 1935. Il a monté des moteurs Sachs et Aubier-Dune. Pendant les années 50, il a utilisé des moteurs YDRAL. Il a disparu avec l'ensemble de la moto française à la fin de ces années 50. De belles photos se trouvent dans l'album.

 

 

 

 

  M.I.C.M.O.
  De M.I.C.M.O. nous ne savons pas grand chose. Pas de mention dans les encyclopédies de la moto même anciennes. Par chance, Gilbert Bonnin nous avait envoyé ces photos prises en 1960 :
Micmo ydral 125 2.jpg (49937 octets) micmo ydral 125 5.jpg (42227 octets) Micmo ydral 125 1.jpg (53836 octets) Micmo ydral 125 3.jpg (59780 octets)

Clic = plus grand

Micmo ydral 125 4.jpg (49416 octets)

Cette MICMO possède un moteur YDRAL 125 cm3. Gilbert Bonnin nous indique que la commande veilleuse/code/phare était assurée par une poignée tournante, de marque Saperli,  à gauche. Le cadre était prévu pour recevoir un 175 cm3.

Voir aussi : Gitane.

 
  
  Mochet 1950 - 1955
  Mochet (Ets Charles Mochet). Après avoir construit pendant la guerre des vélocars à pédales, C. Mochet commercialise de 1950 à 1958 des voiturettes principalement équipées des moteurs 125 / 175 Ydral (jusqu'à 40 ex. par mois) avec de nombreuses évolutions. Mochet a fait aussi quelques motos.

 

 

Voir le dossier consacré à Mochet.

 
 

Haut de page

  
  Simard
 
 

Haut de page

  
  Guiller S.A.
   On ne sait pas à quel "Guiller" appartient ce logo...
 

Haut de page

  Guiller Frères
  
  

Haut de page

  René Guiller
 
 

Haut de page

  Bernardet 1949-1957
 

Bernardet a construit en particulier des scooters à moteur YDRAL. Voir le très beau site site consacré à cette marque : http://www.bernardet.com/

Un Bernardet A48 sous le logo du club :

bernardet A48 1949.jpg (28225 octets) 

  Scootavia 1951-1956

Haut de page

 

Scootavia a produit des scooters luxueux et innovants, avec des moteurs AMC mais aussi YDRAL sur ses prototypes en 1950, d'où la présence de ces machines ici.

Un Scootavia série 1, à moteur AMC 175 cm3, de 1952 (coll. Jean-Do) :

scootavia serie 175amc 1952 1.jpg (29976 octets) 

  

 

  
 

 

  
  Poirier Poirier a produit des motos légères à moteur deux-temps YDRAL 149 cm3 et des voiturettes.
  Dossier sur les voiturettes Poirier.
 
  

Haut de page

  ONOTO Marque probablement bien éphémère puisqu'elle n'apparaît pas dans les encyclopédies de la moto. Après guerre.

  

Une belle plaque émaillée de garage (collection Jean-Do)

  

Haut de page

  Rolux
  Marque française ayant produit des voiturettes avec des moteurs YDRAL ou Aubier & Dunne.
    

Cette belle photo nous a été envoyée par C.F. van Overbeeke, des Pays Bas.

Clic = plus grand

Rolux Coy_foto_rijdend1.jpg (31471 octets)
 

 

  
SOLYTO
 

Un dossier sur les voiturettes Solyto peut être consulté sur le site
 http://ultimalyon.jpcor.fr.

 

 

    
GALY
  Galy : marque française ayant produit des voiturettes.
    

Jean-Do a retrouvé ces publicités :

Clic = plus grand

galy ydral.jpg (410510 octets) galy ydral 001.jpg (372948 octets)
 

Haut de page

L. MACQUET

 

 

 

Cette marque a publié des publicités dans la presse. Témoin cet encart trouvé dans un Moto-Revue des années 50.

Seule information publique, celle-ci, tirée de l'encyclopédie mondiale illustrée de E. Tragasch : Macquet (France) 1951-1954. Motos équipées d'un cadre moderne et de moteurs de 123 et 174 cm3. On peut supposer que ces moteurs étaient des Ydral, comme indiqué sur la pub.

 

 

 

 

Voici d'autres informations, dues celles-là à la mémoire de Pierre Astier :

Louis Macquet est en effet le premier constructeur qui ait décelé le talent du tout jeune Georges Agache.

Louis Macquet, dans sa petite usine, 58-64 rue de Dunkerque à Armentières (Nord), a commercialisé ce qu'il appelait un "Motocar", c'est-à-dire un scooter AGF sur lequel on avait greffé à l'arrière une caisse de triporteur (comme les tri Vespa Italien). Il commercialisera également ses petites motos à moteur Ydral en 125 et 175, d'abord avec une suspension coulissante puis une oscillante.

Il s'assurera donc les services de G. Agache et de son inséparable complice Fernand Tiers. Agache, lui confectionnera un prototype à moteur Ydral 175 avec bielle de 125 (?) et cylindre retourné (carbu vers l'avant et les échappements à l'arrière). Le moteur était très haut dans le cadre et la moto prenait, aux dire de son concepteur, 120 km/h. Au Bol 51, au guidon de ce proto étiqueté Macquet, G. Agache se classera 3ème en 175.

Au Bol 1952, les Macquet sont  pilotées par les fréres Godin. Christian (celui-là même qui était présent à l'AG du club à Jouy le 9 septembre 2007) se classe 11ème et l'autre Godin 27ème sur 39 concurrents. En 1953, c'est la victoire pour la Macquet de service et une place de 5ème au classement toutes cylindrées, ce qui est remarquable. Je crois que la moto était celle avec les ailettes de cuivre et les échappements sur le côté. Elle était pilotée par André Nebout car G. Agache s'était pris la main dans sa meuleuse et n'avait pu prendre le départ.

La dynamique firme fermera ses portes en 1954 et c'est AGF qui prendra la relève au Bol d'Or.

Georges et Eliane Agache m'ont souvent parlé du gros monsieur Macquet (il souffrait de la goutte) et de sa très charmante épouse.

 

 

 

 

 

 

Moto-Pompes

 

 

 

Des moteurs YDRAL ont été montés sur des moto-pompes. Témoin ce bel exemplaire présenté au musée du Patrimoine des Sapeurs Pompiers à Beaune (21), aujourd'hui disparu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page