Cette page regroupe un grand nombre de photographies d'époque. Elles sont essentiellement dues aux recherches de Pierre Astier, qui les a exhumées de la masse de documents qu'il possède. Elles sont plus ou moins classées par ordre chronologique. Tous ces documents ont été confiés au club Ydral, donc à Pierre Astier, par Catherine Bouillard. Catherine est la petite fille d’Anatole Lardy, le fondateur de la marque Ydral, et elle est la fille de Jean Bouillard, décédé en 1993, qui fut directeur commercial puis PDG de Ydral.

Les anecdotes et commentaires sont, sauf mention particulière, de Pierre Astier.

Attention : ces documents ne sont pas libres de droits. Ils sont soumis à copyright, et leur reproduction est interdite sans l'autorisation préalable du club Ydral.

 

 

 

 


 

 

 

 

1947 : René Maucourant

René Maucourant au Bol d'Or 1947 au guidon d'un 125 Maucourant à moteur Ydral. (Photo Jaffré)

 

Celle-ci n'est pas dédicacée mais elle semble un peu meilleure. A paru dans le bulletin 22 du club Ydral (Photo X)

 

René Maucourant lors de la course de lenteur à Montmartre, rue Lepic je crois. La petite moto est une Mandille et Roux "Passe-Partout " à moteur Sachs. (Photo Nebout)

René Maucourant : fin mécanicien, Maucourant a collaboré, aux côtés d'Anatole Lardy, à la mise au point du moteur Ydral. Excellent pilote, il a gagné de nombreuses fois sa catégorie au Bol d'Or sur M&R avant guerre puis sur Maucourant Ydral en 47. C'était aussi un joyeux drille, comme on peut voir. C'était surtout un bien brave homme, réparant gratuitement la moto d'un pauvre chômeur et père de famille. Il faut le dire bien fort, ce que j'avais fait dans le bulletin n°22 du club Ydral...


Haut de page

1948 : moto-cross

Trois photos (pas très bonnes).

Moto cross d'Argenteuil le 19 septembre 1948.  Le coureur Sablé  (N° 20) sur une moto à moteur Lardy 125  (Photo Jaffré).

Moto cross de  Montrouge, le 26 septembre 1948. Sablé vainqueur de la catégorie 125, toujours sur Lardy (Photo Jaffré).

Moto cross de Chenevières le 1er novembre 1948. Sablé, 1er en 125, toujours sur Lardy. (Photo Rosenthal).


Haut de page

1949 : dirt track en Ydral

La date de cette photo n'est pas garantie.

Un 175 Ydral (à gauche) participant à un dirt-track. Le spectateur désigné par des flèches est Georges Agache. C'est lui-même qui a annoté la photo au crayon. (Photo A.Queste).

 


 

Bol d'or 1950

Un scooter AGF était au départ, piloté par André Nebout, dit Tano.

Bol d'Or 1950 : Nebout sur scooter AGF (photo X)

Le même sur l'anneau (photo Rosenthal)

Bol d'Or 1950 : dans le stand (photo X)

Bol d'Or 1950, sur la ligne d'arrivée. Au drapeau, Eugène Mauve avec sa casquette et ses pantalons de golf (photo X)

 

Deux pilotes Ydral et deux amis : André Moisan et Daniel Arambol. La photo date de l'époque où ils tournaient à Montlhéry sur un side-car Norton, donc 1950 ou 1951.


Haut de page

1951 : l'usine Ydral, 83 rue Carnot à SURESNES

D'après Jeanine Pivard, qui fut directrice adjointe d'Ydral, l'usine Ydral était en fait une espèce de couloir. Les matières premières y entraient d'un côté, les moteurs en sortaient de l'autre. Voici quelques photos des lieux et des machines, tirées de l'oubli. Elles ont été prises par Moto-Revue en 1951. Ceux qui connaissent les grands ateliers industriels d'aujourd'hui, où on pourrait presque manger par terre, seront impressionnés.

Banc de mesure de puissance d'un moteur L45. La prise de puissance est directement sur le vilebrequin.

Brocheuse (pour faire les cannelures). L'ouvrier s'appellerait Marquenat.

Banc d'essai du moteur horizontal. Avec cigarette !

Fraiseuse revolver

banc.jpg

brocheuse.jpg

DA et GD.jpg

fraiseuse revolver 2.jpg

Fraiseuse revolver

Tour Hernault-Batignolle. Usinage de la trappe du carter d'embrayage).

Vue de l'atelier. Jean Bouillard apparaît au fond

Salle de montage des moteurs. Ce n'était pas le travail à la chaîne...

fraiseuse revolver.jpg

HB.jpg

JB.jpg

montage 1.jpg

...chaque ouvrier montait son moteur.

Une perceuse à colonne de 1910

Rectifieuse

12Tour à plateau : usinage du couvercle de volant, en aluminium.

montage 2.jpg

perceuse 1910.jpg

rect..jpg

t. a plateau.jpg

13Tour et fraiseuse

14Tournage des sorties d'échappement

Perçage et ajustements sur des carters

Vue générale de l'atelier-couloir

tour et fraiseuse.jpg

tour.jpg

touret a broche.jpg

vue generale.jpg


Haut de page

1952

Une photo qui nous a été communiquée par Claude Michel. On y voit Jules Collier sur son 125 Ydral, suivi par Pierre Michel avec son premier Jonghi. Photo prise en 1952 lors du GP du président de la république, probablement à Montlhéry.


Haut de page

1952 : photos diverses

Les dates ne sont pas précisées, et 1952 n'est pas garanti.

Eliane AGACHE ("Lili") posant avec une Mochet modèle "cage à lapin" pour la couverture de la revue Motocycle à la demande de André NEBOUT ("Tano")  (Photo Nebout, je présume)

L'ingénieur Gaston Durand, Eliane et Georges Agache dans le stand Ydral à Montlhéry.

Jean BOUILLARD et Roger BRIOUX

Roger Brioux : journaliste, historien, écrivain et fondateur de la Revue Technique Moto. Le Club Ydral lui doit beaucoup car c'est lui qui nous a mis en contact avec son grand ami Jean Bouillard.

Et c'est Roger Brioux qui a réalisé toutes les notices techniques du moteur Ydral (Photo X)

Inauguration de la Station Service Ydral, rue du Débarcadère, à Paris, le 1er Avril 1952

De gauche à droite: Roger BRIOULT, Camille LACOME, patron de Moto-Revue, Paul LADEVEZE, champion de moto-cross, COURT, journaliste, Christian REY, rédacteur en chef de Moto-Revue, un inconnu caché, Georges AGACHE, un autre inconnu, Jacqueline BOUILLARD, (fille d'A.Lardy), Jean BOUILLARD (dir. commercial), André NEBOUT dit "Tano", pilote et journaliste, André LOUVEAU, dir. technique, époux de la seconde fille Lardy, un inconnu, et Max Enders, patron de la revue Motocycle. (Photo X)


Haut de page

Bol d'Or 1953

En complément de la photo de Nebout sur Macquet.

Le bouquet du vainqueur au Bol d'Or 1953

Au centre Tano-Nebout qui vient de tourner 24 heures. On reconnait son épouse avec sa veste rayée, derrière à gauche, André Louveau, à droite, le grand Claude Delaunay qui pilotait la seconde  moto à moteur Ydral. Juste derrière Delaunay, Jean Bouillard, et devant lui, Georges Agache avec un pensement à la main droite. Il n'avait pas pu participer à ce Bol d'Or en tant que pilote parce qu'il s'était pris la main dans la meule.  (Photo X)

Claude Delaunay démarre du stand poussé par Jean Bouillard.

Lors de ce Bol d'Or 1953, Tano terminera 1er de la catégorie sur la N°62, Delaunay 3ème sur la 61 et Fernand Tiers 6ème.

A noter que seule la 62 portait la marque Macquet. Les deux autres motos étaient engagées sous la marque Ydral. Mais c'était trois réalisation Agache.

Claude Delaunay deviendra par la suite notre meilleur trialiste mais sur Motobécane.  (Photo Jaffré)

Je me suis souvent demandé si ces Ydral étaient bien ceux avec les ailettes de cuivre brasées à l'argent directement sur la chemise. En tout cas, les culasses sont très certainements les culasses fraisées par Vanhoeke, l'ex-associé d'Agache,  sur son tour universel (avec la culasse sur le porte-outil et la fraise sur le mandrin). Mais Agache m'avait dit que les moteurs avec ailettes de cuivre étaient équipés de Maucourant. Comment savoir maintenant ? 

Beau document que cette photo du vainqueur, dédicadée par lui.


Haut de page

Bol d'Or 1954

Présentation du prototype AGF qui s'illustrera au Bol d'Or 1954.

Moteur L49 très amélioré par Georges Agache et partie cycle des moto commercialisées sous l'appellation F.T. (roues de 17, moyeux Idéal, fourche Grazzini renforcée et suspension à bloc de caoutchouc. Pour le Bol d'Or, le bloc de caoutchouc sera remplacé par des éléments de suspension classiques).

De gauche à droite, André Louveau, André Faizant, Jean Bouillard (photo X) :

Georges Agache au guidon (photo X) :

Alain Dagan poussé par un mécanicien lors d'une sortie de stand. Les AGF du Bol étaient bien évidemment dépourvues de kick starter (à cause de l'échappement latéral et de la gouttière pour le genoux). Et elles tiraient long. Il fallait donc des mécaniciens énergiques et véloces pour les démarrer ! Pierre Astier. Photo communiquée par Claude Michel.

Les deux AGF à l'arrivée, la 49 pilotée par Dagan, la 48 pilotée par Agache qui ont terminé 1er et second. A noter que le casque jet de Georges Agache a été légué par lui au club Ydral, et il a été exposé à Rochetaillée en avril 2010, lors de l'exposition des 20 ans du club Ydral. Pierre Astier. Photo communiquée par Claude Michel.

Le vainqueur de la catégorie 175 Alain Dagan sur AGF, 4ème au scratch. La dame est Mme Dagan mère. On reconnait André Louveau à sa casquette vers la gauche ; à droite un mécano d'Ydral, à l'extrême gauche, l'épaule gauche de Jean Bouillard, coupé par le cadre. Le personnage qui pose la main sur l'épaule de Dagan est son père. Pierre Astier, avec précisions données par Daniel Arambol. Photo communiquée par Claude Michel.

 

Dagan et Faizant au  Bol d'Or 1954.

Il n'ont, tous les deux, que peu de temps à vivre. Le diabète emportera Alain Dagan sans qu'il ait pu réaliser son rève : participer aux 24 h du Mans. (Il avait été recalé à la visite médicale). Quant à Faizant, il mettra fin à ses jours... On distingue Eliane Agache à l'extrème gauche. (Photo Rosenthal)

Photo de 1954 (?).

Cette moto, dont la marque est inconnue, a une fourche à parallélogramme. Elle a été spécialement préparée pour le moto-ball. La photo a été prise probablement en 1954, à Marignane (près de Marseille). Il y avait effectivement une équipe de moto-ball dans cette ville.

La coupe du Bol d'Or 1954

Octobre 2010 : la coupe du Bol d'Or 1954 a été retrouvée au musée SAFRAN. Elle a été restituée à Catherine Bouillard. Catherine est la petite fille d’Anatole Lardy, le fondateur de la marque Ydral, et elle est la fille de Jean Bouillard, décédé en 1993, qui fut directeur commercial puis PDG de Ydral.

Le musée aéronautique et spatial SAFRAN, rond point René-Ravaud 77550 REAU : http://museesafran.com/

La remise de la coupe : voici la photo immortalisant la remise de cette coupe. C'est André Louveau qui vient de la recevoir. A sa droite, Jean Bouillard. A sa gauche, je pense que c'est Eugène Mauve mais on a du mal à le reconnaître quand il ne porte pas son inséparable casquette (et ses pantalons de golf !). E. Mauve cache en partie Georges Agache souriant. Alain Dagan se trouve à l'extrème droite, derrière le monsieur chauve non identifié. Le monsieur à lunettes derrière A. Louveau, je pense que c'est Max Enders, le directeur de la revue Motocycle.

 


Haut de page

Bol d'Or 1955

Georges Agache m'avait confié ces quatre photos d'un prototype qu'il a appelé "mulet Ydral course 1955". Il l'a écrit de sa main au dos de l'une d'entre elles.

Georges Agache va appliquer sa stratégie pour le Bol d'Or : un moteur qui a du couple à un régime modéré (il doit tenir 24 heures), capable de tirer très long et muni d'un carénage. Cela autorisera une vitesse de pointe élevée sur l'anneau, essentiel pour la performance finale. (Photos Studio Moto Revue)

Photo 1 : Roues de 17, cadre double berceau (2 tubes en haut et 2 en bas ). Trois carénages seront fabriqués, de façon artisanale et empirique (sans essais en soufflerie). Les deux premiers formés par un ouvrier de chez Dassault. Celui qu'on voit ici doit être le premier.

Photo 2 : On voit le cylindre rond en alu chemisé et échappement central (Conception Agache, réalisation Vanhoecke) et les écopes d'entrée d'air. Au dos de cette photo, G.Agache a écrit: " A noter le pignon de sortie de boîte de 20 dents".

Photo 3 : Le pot d'échappement, silencieux mais efficace, a été fabriqué par Wilman d'après les indications de G. Agache.

Photo 4 : On voit bien l'aspect "bricolé" de ce proto qui donnera naissance à la glorieuse Libéria du Bol 57.

 

Qu'est devenue l'AGF du Bol d'Or 1955 ?

Pierre Astier : voici l’histoire de la machine : quelqu’un voulait acheter une des deux AGF du Bol d’Or 55. On lui a dit que ce n’était pas possible : la partie cycle appartenait à AGF et le moteur à l’usine Ydral ! Mais Georges Agache a proposé de réaliser un moteur identique à celui du Bol, garantissant les même performances. Il sera monté dans un cadre AGF et muni de l’un des deux carénages. La moto sera testée à Montlhéry. Elle valait 125 km/h chrono.

Pierre Ducloux l’achètera par la suite et participera avec à des démonstrations. Mais il avait peur de casser le volumineux carénage lors d’une chute. Il est allé voir Tendre, mécano chez AGF, pour lui réclamer le moule en bois. Mais celui-ci l’avait brûlé !  De toutes les machines à moteur Ydral, c’est peut-être la plus désirable. Ni les AGF du Bol 54, ni les Libéria du Bol 57 ne sont utilisables sur route contrairement à cette AGF 55. Et les performances sont là.


Haut de page

Bol d'Or 1956

Les protos de Georges Agache deviennent des Libéria.

Photo de la Libéria N°46  au Bol d'Or 1956, avec le carénage n°2. Cette moto valait 157 km/h sur l'anneau mais l'embiellage de l'Ydral ne tiendra que deux heures, laissant la victoire à la Gnome-Rhône. Cette machine était dépouvue de silencieux d'échappement, simplement un petit cornet qui sortait du cylindre.

Arrivée du Bol d'Or 1956. L'équipage Arambol-Croix vainqueur de la catégorie 175 Sport sur Liberia N°58. (Arambol de profil, sans casque, et Pierre CROIX avec le casque)


Haut de page

Deux heures de Montlhéry 1957

La Libéria N°6, ex  proto de Georges Agache. Revoilà le carénage N°1 (voir le mulet de 1955) aux Deux heures de Montlhéry en 1957. On avait déjà vu ce carénage N°1 aux Coupes du Salon 1956 où Agache avait affronté les ACT italiens avec une honorable 6ème place.

Sur la photo, le carénage N°1 cache la mécanique qui participera victorieusement au Bol d'Or 57 avec le carénage N°3.

Lors de ces Deux heures 57, la Libéria surclasse d'entrée les Italiennes. Mais il doit s'arrêter à mi-course. Pour ravitailler déclarent  les journaux. "Stupide !" me dit Georges  Agache ; "je consommais 6 litres à l'heure et mon réservoir contenait 15 litres !" Alors pourquoi ? C'est Jacky Rittaud qui dévoilera le pot aux roses aux Coupes Moto Légende 1999, alors que Claude Rivet, Georges Agache et moi-même étions au bord de l'anneau . "Georges, j'étais tombé et tu t'es arrêté alors que tu étais en tête ! Tu as renoncé à la victoire pour me venir en aide !" Georges Agache finira finalement 3ème.


Haut de page

Bol d'Or 1957

Avant le départ: de g. à d. : A. Louveau, D. Arambol, F. Tiers sur la 50, J.Bouillard, G. Agache sur la 49, G. Guignabodet. (Photo Cliché Express)

Le départ. La photo n'est pas fameuse mais on y voit à l'extrême gauche Louis Schoon et la Libéria d'Arambol.

Georges Agache en virage côté droit  (Photo Jaffré)

Ravitaillement (avec le fameux arrosoir). Gaston Durand et Georges Agache, qui paraît confiant. Derrière, ce doit être G.Guignabodet. (Photo Moto-Revue)

Georges Agache, côté gauche. Photo dédicacée à "Monsieur Louveau" (Photo Jack Stevens)

La photo ci-dessous montre une Sterva qui a aussi participé à ce Bol d'Or. Mais elle était équipée d'un moteur 175 Sachs et non d'un Ydral.

Le drapeau à damier    (Photo Cliché Express)

Le bouquet des vainqueurs. De G à D : J. Bouillard, G. Guignabodet, G. Durand, G. Agache, A. Louveau  (Photo Moto-Revue)

 

A noter que pour illustrer sa couverture, Moto-Revue avait choisi la photo où les deux patrons d'Ydral avaient été remplacés par les deux patrons de Libéria : Suzanne Biboud et son frère dont j'ai oublié le prénom.


Haut de page

Voici le prototype qu'Agache appelait "ma spéciale courses de côte", dont il était très satisfait. Fabrication Georges Agache aidé de son ami Vanoecke sauf le moteur (ici, un L49) et les moyeux freins Ydral.

Cette moto fera ses débuts à la côte Lapize en 52 sous la marque Ydral, puis elle participera à la côte de Crand d'Escalle et de Doulens. Et sous la marque Paul Vallée, elle terminera 20ème du Bol d'Or 52 pilotée  par son concepteur. Pour l'anecdote, notre adhérent Christian Godin, sur Macquet Ydral,  se classera 11ème de ce même Bol. Ensuite,  équipée de différents moteurs Ydral, cette moto continuera sa carrière plusieurs années encore.


Haut de page

2009 : Pierre Astier au mont Ventoux

Dans la redoutable montée du Mont Ventoux, Pierre Astier sur une AGF 175.

2009 : Pierre Astier dans la course de côte de Carros

Pendant le championnat de France 2009, sur une Libéria 175 Bol d'Or


Haut de page