Motos, scooters et cyclos :

A.G.F.

Alcyon

ALMA

André Leducq (fab. Mercier)

Avol

Bernardet

Bruneau

 

Buydens 

Cazenave

Clebant

Cocymo 

DS Malterre

Favor

Follis

Gentil

Gima

Gitane

Globyscoot

Guiller Frères

Guiller S.A.

 

Helyett

Hirondelle 

Honda

Imperial

JMW

Juery

Kevran

 

Lapébie (fab. Mercier)

 

 

Libéria

Lucer

Lys

Macarie

Louis Macquet

Louison Bobet (fab. Mercier)

Maucourant

Marino 

 Mandille et Roux

Mercier

MICMO / Gitane

Monneret

Narcisse

New-Map

 

Nord et Loire

ONOTO

Ravat (fab. Mercier)

Renault

René Guiller

Roca

Royal-Nord

Sablier

Sauvage

Schoon

SCMS

Simard

Scootavia

SNAV

Sterling / Sterva

 

Talbot

TAMOTO

TTY

Underwood-Wise

Paul Vallée

Vidal

Wonder (fab. Mercier)

Ydral

 

 

 

 

Voiturettes :

Aerocar

Autobleu

Avolette / France-Jet

Brissonnet

DD

Decolon

Fragne Galy

Grumberg

Inter Mochet Poirier
PB Reyonnah Rolux SOLYTO / New-Map

Autres :

 

 

 

Moto-pompes

Cette page présente les constructeurs Ydral et regroupe des articles de journaux, des publicités et des documents anciens les concernant. On y trouve des motos, des cyclomoteurs, des scooters, des triporteurs, des voiturettes, et d'autres choses.

Remarque : est  considéré ici comme constructeur Ydral, toute société ou individu qui a construit au moins un véhicule à moteur Ydral. Certains clients d'YDRAL ont commandé en tout et pour tout un unique moteur. Ils n'apparaissent pas forcément ici. On a mentionné aussi des constructeurs qui ont utilisé non un moteur mais un moyeu Ydral et même une boîte de vitesses Ydral (Renault).

Tous ces documents ont été retrouvés et commentés par Pierre Astier, Jean-Do, Catherine Bouillard et d'autres amateurs. Merci à eux tous.

Aerocar

1948-1950 (?)

 

 

 

 

Aerocar de l'ingénieur A.Morin, contructeur d'automobile et d'avions légers. C'est une voiturette vendue en kit prèvue avec un moteur Ydral 125. Une liasse de plans et le matériel de fabrication étaient fournis.

A. Morin sera également le constructeur des scooters Scootavia. Des scooters, on en a retrouvé mais aucun exemplaire de cette voiturette. Ni même la moindre photo qui attesterait de son existence. C'est à se demander si une seul modèle a été fabriqué. L'ingénieur Morin a quand même acheté un moteur Ydral le 30 décembre 1948 suivi de 8 moteurs en 1949 et 15 en 1950. Mais ces moteurs étaient-ils destinés à la voiturette ou au scooter ? Peut-être bien le premier pour équiper le prototype...

 

 Haut de page

Autobleu

 

 

 

 

 

Dans les années 50, la firme AUTOBLEU fabriquait des tubulures et échappement pour Renault 4cv, Dauphine et bien d'autres modèles.

Elle produisit en petite série un kart à moteur Ydral horizontal. Dans les années 60, les boîtes de vitesses étaient prohibées en compétition. Ceci pour conserver au karting son côté économique. Le type H convenait donc parfaitement. Il fallait simplement réduire la cylindrée à 100 cm3 pour être classé dans la série Senior. D'autres constructeurs (Follis, Libéria...) ou amateurs adoptèrent l'Ydral H. Malheureusemnt il se trouva vite dépassé en matière de performance.

La firme Autobleu (Paris 17ème) existe toujours.

 

 Haut de page

Avol 

1948

 

 

Le scooter AVOL, souvent appelé MAVOL, entièrement en aluminium, a été conçu par Maurice Avol, inventeur né en 1895. Il y a eu trois prototypes, le dernier ayant été fabriqué par l'entreprise W. BAUDIN d'Orléans.

Le moteur utilisé était un Ydral bitube, le n° 1027 de 130 cm3  livré  le 5 mars 1949 à la société Baudin. A cette époque, les 125 étaient contingentés, d’où cette cylindrée bâtarde. Il est précisé que ce moteur est équipé d’un SAFI lourd et d’un pignon de sortie de boîte large.

Notez le réservoir d’essence au dessus de la roue arrèàre et sur lequel se trouve le porte-bagages (ou un éventuel passager). Et aussi la fourche à parallélogramme associée à une roue à bâtons !

Deux croquis du scooter Avol par Jean-Do :

Voir le blog scoot'toujours, où de nombreux documents originaux sur ce scooter sont présentés.

 

 Haut de page

A.G.F

1947-1958

 

 

Un prospectus pour l'AGF "Réacteur", à moteur Ydral type H.

"Réservoir compétition, cadre monocoque en acier complètement caréné, changement de vitesse au guidon par poignée tournante. Moteur Ydral horizontal vitesses, vitesse 95 Km/h."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de Motocycles & Scooters, n°27, octobre 1949.

A.G.F. est l’acronyme de André (le fils, le maître d’oeuvre) et Georges (le père) FAIZANT. Cette marque française installée à Colombes a produit le premier scooter français. Elle a ensuite commercialisé des motocyclettes entre 1947 et 1956. Ces engins étaient équipés de moteurs YDRAL, 125 et 175 cm3.

Les motos AGF possédaient des particularités techniques bien à elles, souvent très en avance sur leur temps. C’est ainsi qu’elles avaient des roues de 17 pouces qui leur conféraient un excellent freinage et une bonne tenue de route. On trouve aussi un cadre-coque autoporteur entièrement moulé en alliage d’aluminium (très rigide) et une suspension arrière cantilever dont le ressort était constitué d’un bloc de caoutchouc, comme bien plus tard les Morris Mini. On trouve aussi un carter de chaîne complètement fermé et une selle biplace, et même sur les Guiller SA-AGF une peinture métallisée peu commune à l’époque. Les AGF étaient, elles, fournies en rouge vif.

Des modèles AGF furent construits par construit sous licence par GUILLER de Fontenay-le-comte et LUCER de Hazebrouk.

AGF s’impliqua beaucoup en compétition et eut quelques succès. Le premier exploit de l'équipe AGF/Agache au Bol d'Or date de 1954 avec un proto très innovant : Dagan-Godin, 4ème au scratch et Agache-Tiers, 5ème. L'exploit sera renouvelé en 55 avec une AGF plus proche de la série.

 

Ceci n’empêcha pas la marque de disparaître comme tant d’autres en 1958. Photos dans l'Album.

 

 

 Haut de page

Alcyon

1947-1958

 

 

 

Après la rupture entre AGF et Guiller SA, en 1957, André Faizant contacte Georges et Roger Gentil, les héritiers d'Edmond Gentil le fondateur de la vénérable marque Alcyon. La 125 AGF FT3 à moteur Ydral horizontal sera assemblée chez Alcyon. Les premiers modèles seront vendus sous le logo Gentil, les suivants sous le logo traditionnel Alcyon. Mais la production fut très réduite. On a quand même retrouvé une Gentil et une Alcyon, toutes les deux en cours de restauration (voir dans l'Album). 

 

 

 Haut de page

ALMA

 1949-1959

 

Les établissements Mauriange, à Clermont-Ferrand, ont produit sous la marque ALMA des motos, scooters et cyclomoteurs de 49 à 149 cm3, avec leurs propres moteurs ou avec des Ydral et Le Poulain. La première livraison d'un moteur Ydral à Mauriage date du 9 novembre 1948.

 

Documentation fournie par Jean-Do

Publicité dans Motocycles & Scooters, n° 30,
1er janvier 1950

Documentation retrouvée par Pierre Astier

  

 

Haut de page

André Leducq

 

 

Les André Leducq étaient fabriquées à Saint Etienne, à l'usine Mercier, où on fabriquait aussi des Lapébie, Antonin Magne et Louison Bobet, tous coureurs cyclistes de renom.

Les Leducq n'étaient pas des Manufrance mais des Mercier. Il y eut deux modèles : celui d'Eric Caudron avec Ydral bitube et un second modèle avec AJ55 muni de deux grands carénages latéraux.

André Leducq était aussi un coureur cycliste. Surnommé «le Joyeux Dédé», ou «Dédé Gueule d'Amour et Muscles d'Acier», il fut et de loin, le coureur français le plus populaire de l'entre-deux-guerres. Sa notoriété perdura bien après la guerre. Il a participé à 9 Tours de France, en a gagné deux : 1930 et 1932 et a remporté 25 étapes. Après avoir couru dans l'équipe Alcyon, dans les années 50, il est engagé par la marque  Mercier et représente les cycles et motos qui portent son nom. Ensuite il représentera une marque d'appéritif. Il était né le 27 février 1904. Après avoir tâté du journalisme, André Leducq mourut à Marseille le 18 juin 1980, des suites d'un accident de plongée sous-marine. Il avait 76 ans.  Sa notoriété perdura bien après la guerre. (sources : Pierre Astier et Wikipedia)

 

Haut de page

Alain Bruneau

 

 

Alain Bruneau est un collectionneur de motos anciennes, spécialisé dans la transformation et l'adaptation des moteurs Ydral. On lui doit des motos de trial propulsées par ces moteurs, modifiés pour améliorer leur performances et leur facilité d'utilisation.

Voir la page Trial en Ydral.

 

Haut de page

Buydens

1950-1955

 

Les motos Buydens ont été fabriquées en petite quantité en Belgique, 147 rue Léopold 1er, Laeken - Bruxelles, de 1950 à 1955. En 1950, C. Buydens remporte les 24h de Shaerbeek avec une 125 à moteur YDRAL de sa fabrication. Il commercialise des motos de fabrication artisanale à partir de 1951. Entre autres succès de compétition : Liège-Monaco-Liège et les 12 heures d'Ixelles. Il n'y a pas dû y avoir plus d'une centaine de Buydens construites. Moteurs YDRAL et Sachs. Photos dans l'Album.

 

 

Haut de page

Boudier

1957

 

Prototype du scooter Boudier Super B58, à moteur Ydral horizontal 3 V 125 cm3, présenté au salon d'octobre 1957.

Conçu par M. Boudier et produit par les Ateliers aéronautiques de Rambouillet.

Carrosserie fibre de verre, phare et antibrouillard intégrés, freins hydrauliques conjugués au pied, frein avant seul au guidon, partie arrière incluant réservoir et roue de secours, suspension avant à roue tirée et anneaux Neiman, suspension arrière oscillante.

Présenté en pleine chute des ventes des plus de 50 cm3, il ne sera jamais produit.

 

Documentation fournie par Jean-Do

 

 

 

  Haut de page

Cazenave

1950-1958

 

 

  

 

Cazenave ("la marque française de qualité internationale", sic) a fabriqué des cyclomoteurs et des motos entre 1955 et 1957. Elle était installée à Belin (Gironde). Cette publicité présente une Cazenave à moteur Ultima. Mais Cazenave a aussi monté des moteur YDRAL.

On peut trouver un dossier sur Cazenave sur le site http://ultimalyon.jpcor.fr.

 

 Haut de page

Clebant

 

 

 

 

On ne dispose que de ces deux photos de la Clebant, voiturette à deux roues, un peu extravagante. Production ? Date ?

 

  Haut de page

Cocymo

1950-1958 (?)

 

 

COCYMO était un regroupement d'industriels de Saint-Etienne : Ballandras, Besset, Drevon, Picard-Fayolle, Vallat, qui commercialisaient dans les années 50 des cyclomoteurs sous les marques "Drevon", "Métropole", "Racer", "Sterling" et "VBF".

Le carénage du Cocymo cache les deux ressorts horizontaux de la suspension à cantilever. 

  

 

 

 Haut de page

Decolon

 

 

 Documentation fournie par Jean-Do

 

 

Haut de page

DD

 

 

 

 

 

La DD était une voiturette à 3 roues. Il semble que seul le prototype initial ait été équipé d'un Ydral. Les autres DD utiliseront l'Aubier-Dunne. 

Par ailleurs Dé-Dé était une marque d'avant guerre (1924-1939) et n'a rien à voir avec Ydral.

 

 

Haut de page

DS Malterre

1920-1958

 

 

 

Les frères Malterre construisirent des motos à Montreuil sous Bois (région parisienne). Associés à Deblades et Sigrand, ils créèrent DS-Malterre. Avant guerre, ils produisirent des motos avec de gros moteurs à quatre temps. Après la guerre, ils utilisèrent les moteurs Ydral et AMC. La marque disparut en 1958.

 

 

 

 

Haut de page

Favor

1898-1977

 

 

 

La marque de grand luxe (sic)

Créée par Etienne Guillaume à Clermont-Ferrand, l'entreprise Favor fabriqua des cycles et des pièces détachées. Les frères d'Etienne Guillaume, Joseph et René, le rejoignent en 1919, et la société fabriqua des motos à partir de 1921. Elles utilisaient des moteurs de sources diverses : JAP, Blackburn, Zürcher. Des moteurs Favor, fabriqués par les établissements Chevillard, de Montrouge, seront utilisés jusqu'en 1940.

Après la 2ème guerre mondiale, tous les constructeurs commercialisèrent des cyclomoteurs, des vélomoteurs. Favor eut ainsi des 175 cm3 à moteurs AMC et Sachs.

En 1954 Favor achèta ses deux premiers moteurs Ydral AJ55. La production ne dut pas être pléthorique puisqu'on n'a pas retrouvé de Favor-Ydral, pas même en photo...

En 1955, Favor fusionna avec Gima, racheta le motoriste Alter, et n'utilisa plus de moteurs Ydral.

Les deux-roues à moteur cesseront d'être fabriqués en 1971. L'entreprise disparut en 1977.

 

 

Haut de page

Fragne

 

 

 

 

Pratiquement aucune information sur cette marque. Deux photos en couleur d'un prototype sont présentées dans l'Album.

 

 

 

 

 

Haut de page

France-Jet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Salon 1955, la Société AIR-TOURIST, 70 rue de Ponthieux Paris (8ème) présente sous le nom d'AVOLETTE une voiturette 3 roues. C'est un véhicule conçu par l'Allemand Egon BRUTSCH qui sera fabriqué sous licence. Cinq modèles sont proposés : type Normal à moteur YDRAL 125, type Tourisme à moteur YDRAL 175, type de Luxe, moteur 200 SACHS, type Record de Luxe, moteur 250 MAÏCO et type Compétition (?) avec également moteur 250 MAÏCO.

Le nom d'Avolette viendrait du nom de celui qui a acheté la licence, M.AVOT.

Cette amusante voiturette deux places n'obtint pas un grand succés.

 

Prototype Avolette v2n de France-jet équipé du 175 cm3 Ydral monotube, puis 250 AMC.

Trois prototypes construits, différents à chaque fois.

 

  Documentation fournie par Jean-Do

 

 

 

Haut de page

Follis

1951-1960

 

 

 

FOLLIS : créée au début du siècle rue Danton à Lyon, cette société a fabriqué des vélos, des motos et des cyclos, puis, après la chute du marché de la moto, des karts. Elle est finalement revenue à la fabrication de vélos de grand tourisme de haut de gamme, avant de cesser son activité et de disparaître en novembre 2007.

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

Gentil

 

 

 

 

En 1956, les firmes Gentil, VAP, et Rhonson se regroupent sous la marque LUCER, à Hazebrouck, France, pour fabriquer des cyclomoteurs.

 

Voir Lucer.

 

 

Haut de page

GIMA

 1946-1955

 

 

 

 

GIMA : (Groupement Industriel Métallurgique et Automobile), 24 av. Pasteur à CHAMALIERES (Puy de Dôme), a fabriqué des motos de petite cylindrée de 1947 à 1954. Les moteurs qui équipaient ces machines étaient (avec Ydral) les fameux moteurs AMC, fabriqués à Clermont-Ferrand.

C’est avec un réel succès que ces machines ont participé à des courses de moto, remportant notamment le Bol d’or en 1949. Puis au milieu des années soixante, ce fut le déclin, comme pour beaucoup d’autres marques françaises de l’époque, face à l'arrivée des scooters, puis à ce qui allait devenir le déferlement des motos japonaises.

Source : site https://sites.google.com/site/lesmotosgima/ (2010). Ce site très complet présente de nombreux documents d'époque, et donne des informations historiques très intéressantes.

 

 

 

 

 Haut de page

Gitane

1949-...

 

 

 

 

Gitane : marque de cycles et de motos fabriquées par MICMO. Utilisa des moteurs Ydral, VAP et Mistral. Gitane importa d'Italie des Aprilia.

En 1957, 369 Gitane 125 ont été fabriquées. A titre de comparaison, les chiffres, pour Motobécane sont de 19 084, 18 673 pour Peugeot, 3 033 pour Follis, le leader des constructeurs à moteur Ydral, et... 4 pour Lucer (qui montait également des Ydral) ! On ne peut donc pas dire que les 125 Gitane aient abondé...

La Gitane était vendue sous deux références : la YL (et la GYL, améliorée) et la YL Sport. La YL Sport avait une selle bi-place et un guidon plat (photo ci-dessous) alors que la YL avait un guidon un peu plus relevé et une selle monoplace à l'ancienne. On peut en voir une dans l'album. Les YL étaient équipées d'une suspension coulissante qui sera remplacée en fin de production par une oscillante. La production des 125 et 175 à moteur Ydral cessera en 1969.

Gitane, associé à l'italien Testi, a produit les cyclo-sport Gitane-Testi des années 70 (à pédales en France !) qui ont fait rêver plus d'un ado de l'époque. 

Informations de Pierre Astier

Gitane YL Sport :

 

 

 

 Haut de page

Grumberg

 

 

 

 

 

Voiturettes fabriquées artisanalement en 4 ou 5 exemplaires à Agen ? Toulouse ?

Aucune information autre que cette photo :

 

 

 

Haut de page

New-Map

1920-1958

 

 

 

New-Map était un fabricant de motos lyonnais, de 1920 à la fin des années 50 (122-124, rue Lacassagne à Lyon). Il construisit une grande variété de modèles avec des moteurs de 98 à 998 cm3 de provenances diverses, dont Ultima et Ydral. New-Map et Ultima collaborèrent jusqu'à 1939 environ, chaque entreprise fabriquant une partie des composants des deux marques : les éléments emboutis (cadres, réservoirs) chez New-Map, la mécanique (moteurs, boîtes) chez Ultima.

Source : site Ultima (http://ultimalyon.jpcor.fr). J'ai le droit de copier : c'est moi qui l'ai écrit.

 

 

Ci-contre, une publicité pour New-Map parue en 1954.

 

 

 

 

 

 

 

Deux modèles de la série Leader : types LK40 et LK80. Bloc Moteur Ydral 125 et 175 cm3 - 4 vitesses. Vainqueur des "Bol d'Or" 1947 - 1953 - 1954.

Type LK140 : 125 cm3 - 1cv.(selle monoplace)
Type LK180 : 175 cm3 - 2cv.(selle monoplace)

 

 

 

Haut de page

Helyett

1919-1962

 

 

 

Helyett était une marque française qui fabriqua des cycles puis des motocycles. Elle fut fondée en 1919, à Sully sur Loire (Loiret). Elle produisit des motos à moteur JAP, bicylindre en V transmission par arbre. Après la Seconde Guerre Mondiale, Helyett se tourna vers des motos de petite cyclindrée, produites en petites quantités. Elle fabriqua ensuite des bicyclettes, de tourisme et de course, avec un certain succès. En 1962, la succursale d'Orléans fut vendue la société Griffon (Robert Griffon) qui produisit sous sa marque des bicyclettes.

 

Dans la publicité ci-dessous, datée d'octobre 1949, on peut noter que les moteurs Ydral étaient appelés Lardy, du nom du constructeur fondateur de la marque.

 

Extrait de Motocycles & Scooters, n°30,
octobre 1949.

 

Haut de page

Hirondelle

1921-1954

 

 

 

Hirondelle était la marque de la Manufacture d'armes et de cycles de Saint-Etienne (Manufrance) pour ses deux-roues  à moteur et ses bicyclettes, vendus par correspondance. Manufrance disparut vers 1975, mais les Hirondelle étaient loin depuis longtemps.

 

   

 

Haut de page

Lapébie

 1957

 

 

 

Il y a eu quatre coureurs cyclistes du nom de Lapébie : les frères Roger (1911-1996) et Guy (1916-201) et leurs fils, respectivement Christian (1937-2014) et Serge (1948-1991). Le nom de Lapébie était donc bien connu dans le milieu du cyclisme des années 50 et ce nom a été donné à une des marques du constructeur Mercier. Les machines Lapébie étaient strictement identiques aux Ravat, Louison Bobet, André Leducq.

 

Voir André Leducq et Louison Bobet.

Haut de page

Libéria

1951-1956

 

 

 

La marque Libéria mérite à elle seule un dossier complet. Pierre Astier et Didier Mahistre nous y présentent l'histoire de cette marque, sa naissance, ses succès sportifs, et sa fin.

Haut de page

Louison Bobet

 1957

 

 

 

Comme André Leducq, les quatre Lapébie ainsi que Antonin Magne, Louison Bobet fut un coureur cycliste célèbre. Il gagna trois fois le Tour de France, Paris-Roubaix, et fut champion du monde sur route. Son nom fut associé aux vélos, puis aux motocyclettes à moteurs Ydral, fabriqués par Mercier.

 

Voir André Leducq et Lapébie.

Haut de page

Maucourant

 1947

 

 

 

René Maucourant était un tout petit constructeur, qui préparait ses machines, souvent à moteur YDRAL, et participait à des compétitions. Il conçut la culasse Maucourant, dont la forme des ailettes ramenait le vent relatif vers la bougie pour favoriser son refroidissement.

Cette Maucourant 125 cm3 à moteur L45 ne possède pas la culasse Maucourant.

 

Voir en pages Archives et Technique.

Haut de page

TAMOTO

1949-1951

 

 

 

Le Tamoto fut exposé au salon 1949 par M. Artagnan. Il fut fabriqué à la demande, et donc très peu vendu ; il y a actuellement deux exemplaires connus. Le premier prototype Tamoto avait des roues à rayons, et en 1950 il reçut des jantes en alliage.

Ces documents et ces informations nous ont été envoyés par Philippe Caute, collectionneur de scooters anciens.

 

  

 

 

 Livraisons de moteurs YDRAL à Tamoto, entre 1949 et 1951 (source Pierre Astier) :

 

Adresse de livraison

Date

N° de moteur

Nombre

Obs.

Ets TALON, 51, av. Jean-Jaurès, GAGNY (S. et O.)

05/05/1949

1140
1273

1
1

125 cm3
125c m3

Ets TALON

06/09/1949

 

11

125 cm3, cylindre retourné

Total

1949

 

13

 

Ets TALON, Montbéliard

04/01/1950
28/01/1950

1460

1
6

Arbre de kick tourvenis

 

28/02/1950

 

2

 

 

07/03/1950

 

12

 

 

11/04/1950

 

5

 

 

02/05/1950

 

6

 

 

03/06/1950

 

6

 

 

03/07/1950
24/07/1950

 

5
5

 

 

04/08/1950

 

5

 

 

14/09/1950
16/09/1950
23/09/1950 

 

2
3
5

 

 

07/10/1950
23/10/1950

 

5
5

 

 

08/11/1950
25/11/1950

 

5
6

 

 

11/12/1950
22/12/1950

 

5
5

 

Total2

1950

 

94

 

TAMOTO

09/01/1951
27/01/1951

 

5
5

Carburateur AMAC

 

12/02/1951
23/02/1951

 

5
5

 

 

09/03/1951
27/03/1951

 

5
5

 

Total

1951

 

30

 

Total des moteurs livrés par Ydral à Tamoto : 13 + 94 + 30 = 137.

Pierre Astier : j’ai noté des anomalies dans les registres Ydral : dans un récapitulatif, on note 10 moteurs vendus en janvier 1950, or je n’en compte que 7. En novembre, on annonce 10 moteurs et j’en trouve 11.
Les deux premiers moteurs sont livrés au 51, avenue Jean Jaurès à Gagny. A Gagny se trouvait l’agent général, R. Artagnan, 33, rue Henri Barbusse.
L’adresse des Ets Talon, qui n’apparaît pas dans les registres Ydral était bien : 6, rue du Bois Bourgeois à Montbéliard.
A l’exception d’un seul moteur 130 cm3, tous les moteurs livrés étaient des 125 cm3 L45.

 

Haut de page

Paul Vallée

1949-1954

 

 

La S.I.C.R.A.F (Societe Industrielle de Construction et de Recherches Automobiles de France), à Aubervilliers (Seine) a produit sous la marque Paul Vallée des triporteurs de livraison, des motos légères et des scooters à moteurs deux-temps Aubier-Dunne et YDRAL, en 125 et 175 cm3. La première livraison d'un moteur Ydral à la SICRAF date du 2 novembre 1949.

Le scooter Paul Vallée, présenté en septembre 1949 avec à son guidon Jean Behra. Ce scooter était équipé d'un moteur 125 2-temps Aubier-Dunne.

Photo Moto-Revue n°958 du 7 octobre 1949.

L'article de Moto-Revue, signé de Daniel Rebour, précise que pour démontrer les qualités de propreté de l'engin, Jean Behra "n'avait ni cuir ni bottes ni casque, mais un élégant complet gris et des chaussures en daim".

Un article de l'Officiel du Cycle du Motocycle et du Camping de novembre 1952,

et une publicité pour un triporteur :

Un prototype de voiturette biplace à trois roues développé par Paul Vallée : la Chanteclerc.

Dessin de Jean-Do.

Haut de page

Lucer

1953-1956

 

 

 

LUCER a fabriqué de 1953 à 1956 des cyclos, des vélomoteurs et des motos à moteur AMC ou AUBIER-DUNNE, puis SAchs et YDRAL. Cette petite firme du Nord ne faisait pas dans le conventionnel : au salon de 1956, outre 5 modèles de LUCERETTE, elle présentait (de haut en bas, ci-dessous) :

  • le cyclomoteur TRITON, à chassis-coque en tôle emboutie et supsension arrière ;
  • l'élégant et innovant ONDINE, avec sa fourche à roue poussée, le tout premier cyclomoteur à carrosserie plastique ;
  • le 98 cm3 BAROUDEUR à moteur SACHS, dans lequel on reconnaît l'AGF avec ses éléments en alliage léger coulé.

 

 

En 1956, LUCER se dissout dans un regroupement qui rassemble, outre la marque de Hazebrouck, les firmes Gentil,VAP, et Rhonson pour fabriquer des cyclomoteurs.

 

 

Haut de page

Mandille et Roux

 

 

 

Constructeur français de motos depuis les années 30, installé à Paris, Mandille et Roux a gagné le Bol d'Or en 1934 et 1935. Il a monté des moteurs Sachs et Aubier-Dune. Pendant les années 50, il a utilisé des moteurs YDRAL. Il a disparu avec l'ensemble de la moto française la fin de ces années 50. De belles photos se trouvent dans l'album.

 

 

 

 

Marino

 1954 environ

 

 

 

Constructeur d'une moto unique, à moteur Ydral 175 cm3, dans un cadre de Monet-Goyon, avec une fourche du même fabricant. Cette machine a probablement été ferraillée en 1962 ou 1963.

 

 

 

 Haut de page

MICMO

 

 

 

 

MICMO était le fabricant des cyclomoteurs et motos Gitane. Ce nom n'apparaît dans les encyclopédies de la moto même anciennes. Par chance, Gilbert Bonnin nous avait envoyé ces photos prises en 1960 :

Micmo ydral 125 2.jpg (49937 octets) micmo ydral 125 5.jpg (42227 octets) Micmo ydral 125 1.jpg (53836 octets) Micmo ydral 125 3.jpg (59780 octets)

Clic = plus grand

Micmo ydral 125 4.jpg (49416 octets) 

Cette MICMO possède un moteur YDRAL 125 cm3. Gilbert Bonnin nous indique que la commande veilleuse/code/phare était assurée par une poignée tournante, de marque Saperli, à gauche. Le cadre était prévu pour recevoir un 175 cm3.

 

Voir aussi : Gitane.

 

Haut de page

Mercier

1950-1959

 

 

 

Mercier était un fabricant de bicyclettes de qualité installé à Saint-Etienne. Mercier fusionna avec la marque Ravat, et fabriqua des motos sous des marques diverses : Wonder, Antonin Magne, Lapébie, Louison Bobet, André Leducq. Cyclomoteurs et motos 125 avaient un moteur Ydral.

 

La machine présentée dans cette publicité a été aussi vendue sous la marque Wonder.

La firme Mercier existe toujours : elle appartient au groupe hollandais Accel et a ses ateliers rue Branly à Adrezieux-Boutheon (France). Mercier fabrique maintenant des bicyclettes, qu'elle vend par l'intermédiaire de la grande distribution.

 

 

Haut de page

 

Mochet

1950-1955

 

 

 

Mochet (Ets Charles Mochet au capital de 2 235 000 F). Après avoir construit pendant la guerre des vélocars à pédales, C. Mochet commercialise de 1950 à 1958 des voiturettes principalement équipées des moteurs 125 / 175 Ydral (jusqu'à 40 ex. par mois) avec de nombreuses évolutions. Mochet a fait aussi quelques motos.

Extrait de Motocycles & Scooters n°27, octobre 1949

 

 

Voir le dossier consacré à Mochet.

 

 

Haut de page

 

Louis Schoon

 

 

 

 Louis Schoon

Louis Schoon, constructeur et pilote, est décédé en mai 2005. 

Voir le dossier qui lui est consacré consacré.

 

 

Haut de page

 

Simard

 1951-1954

 

 

 

Simard a construit des scooters ressemblant aux Lambretta, avec des moteurs YDRAL de 174 cm3. De belles photos d'un scooter Simard sont présentées en page Album.

 

Documentation fournie par Jean-Do

 

Haut de page

Sterling / Sterva

 1952-1954

 

 

 

Scooters à carrosserie enveloppante et moteur 125 cm3 Ydral.

 

Une photo d'un scooter Sterling au Bol d'Or 1954 est en pages Archives.

 

Recensement des livraisons de moteurs Ydral à STERLING - STERVA

Date

Numéros

Cylindrée (cm3)

Nombre

Observations

Registre 4

 

 

 

 

23-jan-53

20 714

125

1

 

9-avr-53

22 121

175

1

 

13-avr-53

22 348 à 22 350

125

3

 

23-avr-53

22 832 à 22 834

125

3

 

29-avr-53

22 960 à 22961

175

2

 

15-mai-53

23 615 à 23 644

125

30

 

15-mai-53

23 645 à 23 654

175

10

 

6-jul-53

24 813 à 24 852

125

40

 

Registre 5

 

 

 

 

27-jul-53

25 330 à 25 349

125

20

 

8-sep-53

25 910 à 25 924

125 ?

15

 

29-sep-53

26 012 à 26 016

175

5

Embrayage renforcé

8-oct-53

25 744

175

1

 

12-oct-53

25 740 ; 25 742 ; 25 745 ; 25 747

175

4

 

26-oct-53

26 300 à 26 304

175

5

L49

9-nov-53

26 478 à 26 481 ; 26 484 à 26 496 ; 26 497 à 26 499 ; 26 502 ;26 505, 26 506 ;26 510

125

24

L45

17-nov-53

26 482 ; 26 492 à 26 495 ; 26 500 ; 26 501; 26 503 ; 26 504 ; 26 507

125

10

L45

21-nov-53

26 738 à 26 747

175

10

L49

21-nov-53

26 738 à 26 747

175

10

L49

1-déc-53

26 869 à 26 873

26 874 à 26 883

26 914

175

125

175

5

10

1

L49

L45

?

7-déc-53

26 814 à 26 823

125

10

L 45

5-jan-54

27 279 ; 27 280 ; 27 282 ; 27 283 ; 27 288

27 269 à 27 278 ; 27 289 à 27 293"

125

 

175

 

5

 

15

L 45

 

L49

 

6-jan-54

27 281 ; 27 284 à 27 287

125

5

L49

27-jan-54 28

28 143

125

1

AJ55

1-fév-54

27 685

175

1

L49 avec

Gyrostarter

2-fév-54

27 711 ; 27 712 ; 27 719 ; 27 721 ; 27 724 ; 27 725 ; 27 727 ; 27 728 ; 27 730 à 27 746

125

25

L49

12-fév-54

27 710 ; 27 793 ; 27 714 ; 27 717 ; 27 718 ; 27 720 ; 27 722 ; 27 880 ; 27 881 ; 27 882 ;

27 978 à 27 985

125

 

 

 

175

10

 

 

 

8

L49

 

 

 

L49

26-fév-54

28 700

175

1

L49

10-mar-54

28 895 ; 28 899

175

2

L49

11-mar-54

21 488 ; 22 620 à 22 622 ; 22 627 ; 22 628 ; 22 630 à 22 633 ; 22 890 à 22 894

175

15

 

17-mar-54

29 006 à 29 045

125

40

L45

23-mar-54

29 292 à 22 296

175

5

L49

1-avr-54

29 542 à 29 566

125

25

L45

12-avr-54

14 083 ; 14 102 ; 14 703 ; 14 704 ; 14 706 ; 14 707 ; 14 709 ; 14 711 à 14 719 ; 14 723 ; 14 725 ; 14 727 ; 29 691 à 29 695

 

29 732 ;

29 734 à 29 741

125

 

 

 

 

 

 

175

 

25

 

 

 

 

 

 

9

L45

 

 

 

 

 

 

L49

15-avr-54

29 658

125

1

L45 avec Gyrostarter

26-avr-54

16 962 à 16 976 ; 16 126 ; 16 130 ; 16 702

125

18

L45

30-avr-54

30 436 à 30 447

125

12

L45

30-avr-54

30 338 à 30 348

175

11

L49

13-mai-54

30 701 (à 30 725) à 30 730

125

30

L54

21-mai-54

31 092 à 31 096

175

5

L49

21-mai-54

31 068 ; 31 070 à 31 077 ; 31 079 ; 31 080 ; 31 082 à 31 091

125

21

L45

27-mai-54

31 363 à 31 377

125

15

L54

3-jun-54

31 067 ; 31 069 ; 31 078 ; 31 081

125

4

L54

15-jun-54

31 677 à 31 676 ??

 

31 844 à 31 853

125

 

175

2

 

10

L54

 

L49

22-jun-54

31 577 à 31 686

125

10

L45

7-jul-54

31 687 à 31 696

125

10

L54

19-jul-54

32 847 à 32 866

125

20

L54

22-jul-54

32 842 à 32 845

175

4

L49

 

535 130 (?)

 

 

 

 

 

Total

585

 

Ce tableau, qui n'est probablement pas exempt d'erreurs ou d'omissions, montre qu'entre le 23 janvier 1953 et le 22 juillet 1954, il a été livré à Sterling 585 moteurs. Cette période représente 390 jours calendaires, correspondant à peu près à 330 jours ouvrés (6 jours travaillés par semaine, moins 4 jours fériés). Cela fait 585/330 = 1,62 moteur par jour en moyenne. L'usine sortait en même temps des L45, des L49, des L54, et même un unique AJ55.

 

Haut de page

Guiller S.A.

Années 50

 

 

 

Il y a eu trois sociétés du nom de Guiller, à la suite de séparations et de regroupements des frères Guiller. Les moteurs utilisées étaient des YDRAL, des AMC, VAP et Aubier-Dunne. Des Guiller coururent le Bol d'Or.

Guiller SA a produit des AGF sous licence. Leur peinture était un beau rouge métallisé, peu courant à l'époque.

 

Extrait d'un catalogue de Guiller SA :

1

2

3

4

doc Guiller SA 001.jpg

doc Guiller SA 002.jpg

doc Guiller SA 003.jpg

doc Guiller SA 004 nettoyee.jpg

 

 

 

 

Haut de page

Guiller Frères

Années 50

 

 

 

On ne sait pas à quel "Guiller" appartient ce logo...

 

Haut de page

René Guiller

Années 50

 

 

 

 

Haut de page

Bernardet

1949-1957

 

 

 

Fondée par les trois frères René, Robert et Roger, la marque Bernardet a construit en particulier des scooters à moteur YDRAL. Voir le très beau site site consacré à cette marque : http://www.bernardet.com/

 

 

 

Haut de page

Scootavia

1951-1956

 

 

 

Scootavia a produit des scooters luxueux et innovants, avec des moteurs AMC mais aussi YDRAL sur ses prototypes en 1950, d'où la présence de ces machines ici.

 

   

  Clic = plus grand...

 

Haut de page

Ravat

1950-1962 (?)

 

 

 

Ravat est une marque de motos fabriquées à Saint-Etienne, qui fusionna avec le fabricant de cycles Mercier. Ravat fabriquait sous les marques Ravat, Mercier, Antonin Magne, Lapébie, Louison Bobet, André Leducq, toutes rigoureusement identiques.

 

 

 

Haut de page

Wonder

1950-1962 (?)

 

 

 

Wonder est une marque de motos fabriquées à Saint-Etienne, en même temps que d'autres sous-marques comme Antonin Magne, Lapébie, Louison Bobet, André Leducq, toutes rigoureusement identiques.

 

 

 

Haut de page

Poirier

Années 50

 

 

Poirier produit des voiturettes tricycles à moteur YDRAL.

Ci-dessous, publicité pour Poirier XW5 et XW6 (modèle avec gyrostarter).

Cette carrosserie accueille un bitube 125, démarreur à main (kick) ou démarreur rapporté style 2 CV. Fourche parallélogramme jusqu'en 1954 environ, puis 125 cm3 monotube, fourche télescopique, kick starter, et gyro starter en option, après 1955.

Clic = document à l'échelle 1

Publicités d'époque (1952, 1956)

 

Accès au dossier sur les voiturettes Poirier.

L'entreprise Poirier existe toujours (2014). Elle est devenue internationale, et s'appelle maintenant Invacare (http://www.invacare.fr/). Elle fabrique entre autres choses des fauteuils roulants et des lits médicalisés. Elle emploie 350 personnes.

 

Haut de page

ONOTO

 Années 50

 

Marque probablement bien éphémère puisqu'elle n'apparaît pas dans les encyclopédies de la moto. Après guerre.

  

Une belle plaque émaillée de garage (collection Jean-Do).

 

Haut de page

Brissonnet

 1953...

 

 

 

 

 

 

 

Documentation fournie par Jean-Do

 

Haut de page

Rolux

 1938-1952

 

 

 

Marque française ayant produit à Clermont-Ferrand des voiturettes avec des moteurs YDRAL ou Aubier & Dunne. 300 exemplaires de la Rolux-Ydral auraient été fabriquées.

 

Cette belle photo nous a été envoyée par C.F. van Overbeeke, des Pays Bas.

Clic = plus grand

Rolux Coy_foto_rijdend1.jpg (31471 octets)

 

 

Haut de page

Inter

 

 

 

 

Production de la SNCAN (société nationale de constructions aéronautiques du Nord), l'Inter était mu un moteur YDRAL.

 

Publicité parue dans la Revue Technique Motocycliste de mars 1955

 

La SNCAN était une société française née de la nationalisation des constructeurs de matériel de guerre en 1936. Elle fut constituée par le regroupement des usines Potez, ANF Les Mureaux, Amiot et Bréguet. En juin 1949, elle absorba la SNCAC et devint Nord-Aviation après l'absorption de la SFECMAS (Société française d'étude et de construction de matériels aéronautiques spéciaux) en 1954. (source Wikipedia)

 

Haut de page

Reyonnah

 

 

 

 

Marque française ayant produit des voiturettes avec des moteurs YDRAL.

 

 

 

 

 

Haut de page

SOLYTO

 

 

 

 

En 1947, New-Map fabrique un véhicule à trois roues, tôlé ou bâché, sous le nom de SoLyTo (de la Société Lyonnaise de Tôlerie), équipé d'un moteur de moto. Ce moteur sera un Ultima, un Sotecma ou un Ydral, en fonction des disponibilités du moment.

Un dossier sur les voiturettes Solyto peut être consulté sur le site
 http://ultimalyon.jpcor.fr.

Publicité parue en mars 1956 l'Officiel du Cycle, du Motocycle et du Camping :

 

Haut de page

GALY

 

 

 

 

Galy : marque française ayant produit des voiturettes.

Jean-Do a retrouvé ces publicités :

 

Clic = plus grand

 

 

Haut de page

JUERY

 

 

 

Cette marque a publié des publicités dans la presse. Témoin cet encart trouvé dans un Moto-Revue d'octobre 1954.

Information tirée de l'encyclopédie mondiale illustrée de E. Tragasch : Juery (France) 1931-1939. Constructeur de triporteurs qui fit des motos de 356 et 498 cm3 latérales et culbutées à moteurs Chaise ou avec ses propres moteurs.

Cette information est fausse ou incomplète, puisque Juery a monté des moteurs Ydral, apparus après la guerre.

 

 

Les établissements Charles Juery ont également produit des remorques monoroue pour scooter, en particulier pour Vespa. Cette remorque avait une roue unique, identique à celle du scooter. Elle pouvait donc servir de roue de secours. Ci-dessous, un article de la revue l'Officiel du Cycle du Motocycle et du Camping, de mars 1956 :

 

 

  Haut de page

L. MACQUET

 

 

 

Cette marque a publié des publicités dans la presse. Témoin cet encart trouvé dans un Moto-Revue des années 50.

Seule information publique, celle-ci, tirée de l'encyclopédie mondiale illustrée de E. Tragasch : Macquet (France) 1951-1954. Motos équipées d'un cadre moderne et de moteurs de 123 et 174 cm3. On peut supposer que ces moteurs étaient des Ydral, comme indiqué sur la pub.

Publicité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Triporteur Macquet S2 de 1953-1954.

 

 

Voici d'autres informations, dues celles-ci à la mémoire de Pierre Astier :

Louis Macquet est en effet le premier constructeur qui ait décelé le talent du tout jeune Georges Agache.

Louis Macquet, dans sa petite usine, 58-64 rue de Dunkerque à Armentières (Nord), a commercialisé ce qu'il appelait un "Motocar", c'est-à-dire un scooter AGF sur lequel on avait greffé à l'arrière une caisse de triporteur (comme les tri Vespa italiens). Il commercialisera également ses petites motos à moteur Ydral en 125 et 175, avec une suspension d'abord coulissante puis oscillante.

Il s'assurera donc les services de G. Agache et de son inséparable complice Fernand Tiers. Agache, lui confectionnera un prototype à moteur Ydral 175 avec bielle de 125 (?) et cylindre retourné (carbu vers l'avant et les échappements à l'arrière). Le moteur était très haut dans le cadre et la moto prenait, aux dire de son concepteur, 120 km/h. Au Bol 51, au guidon de ce proto étiqueté Macquet, G. Agache se classera 3ème en 175.

Au Bol d'Or 1952, les Macquet sont  pilotées par les fréres Godin. Christian (celui-là même qui était présent à l'AG du club à Jouy le 9 septembre 2007) se classe 11ème et l'autre Godin 27ème sur 39 concurrents. En 1953, c'est la victoire pour la Macquet de service et une place de 5ème au classement toutes cylindrées, ce qui est remarquable. Je crois que la moto était celle avec les ailettes de cuivre et les échappements sur le côté. Elle était pilotée par André Nebout car G. Agache s'était pris la main dans sa meuleuse et n'avait pu prendre le départ.

La dynamique firme fermera ses portes en 1954 et c'est AGF qui prendra la relève au Bol d'Or.

Georges et Eliane Agache m'ont souvent parlé du gros monsieur Macquet (il souffrait de la goutte) et de sa très charmante épouse.

 

 

  Haut de page

Moto-Pompes

 

 

 

Des moteurs YDRAL ont été montés sur des moto-pompes. Témoin ce bel exemplaire présenté au musée du Patrimoine des Sapeurs Pompiers à Beaune (21), aujourd'hui disparu.

 

 

 

 

 

 

Haut de page